Ex-voto 3

 

 

 

 

Ex-voto de Pierre Durand 1777

Sur la douzaine d'ex-voto pertuisiens deux évoquent un accident, dix sont en relation avec la guérison d'une maladie, un seul présente une simple action de grâce, le donateur étant simplement représenté à genoux devant la Vierge, cierge en mains.
L'ex-voto offert par Pierre DURAND en 1777 appartient à la première catégorie. Ce n'était pas si courant alors; c'est plutôt au XIXème siècle que les circonstances de l'accident envahissent le tableau. Cet ex-voto a donc la particularité de présenter deux scènes, traitées à égalité. A gauche, le donateur, le Sieur DURAND, propriétaire viticulteur, en action de grâce devant Notre Dame de Bon Secours; à droite, l'évocation de son sauvetage alors qu'il était tombé dans une cave envahie de gaz carbonique. Une feuille manuscrite est collée au verso. Elle détaille très précisément l'accident "au temps qu'on fait cuver le vin" et remercie la Vierge de sa protection par le don de cette peinture "pour servir de mémorial d'un si signalé bienfait".

Ex-voto 1832
L'autre accident de la série date de 1832, mais la victime reste anonyme. Un cheval ou un mulet emballé que son maître peine à retenir a renversé une femme en robe rouge. Les visages sont expressifs, les costumes peints avec finesse; la Sainte Vierge se trouve cantonnée dans l'angle gauche, au milieu des nuages.

 

 

 

Ex-voto 1832 (détail)
Le décor urbain offre un dégagement sur un cours à fontaine et sur le mur d'une maison, l'artiste n'a pas hésité à faire sa réclame : " LE PEINTRE DEMEURE à AIX Rue des Bagniers n° 1O ". L'ex-voto était peint par des artistes dont c'était la profession à une époque ou la photographie n'était encore qu'expérimentale et les pertuisiens avaient donc recours à des peintres aixois.

 

 

 

 

 
Ex-voto JBLG
Une autre peinture de qualité présente un homme jeune à genoux, en habit bourgeois, offrant un cierge allumé à la Vierge à l'enfant, drapée de bleu et rouge, couleurs conventionnelles depuis le Moyen Age. Il est simplement écrit:"NOTRE DAME DE BON SECOUR PRIEZ POUR MOI J.B.L.G." Le donateur (Jean-Baptiste?)reste ici anonyme, ce qui est assez souvent le cas au XIXème siècle. Le support, une planche en bois est archaïque, la peinture sur toile l'emportant alors largement.
 
Jean-Jacques DIAS
21/11/10